1947-1958 La bataille des pionniers

PREMIERE ÉDITION

Chemin de l’étang © Fonds Henri Dave

La première édition du motocross de la citadelle se déroule le 13 avril 1947. Elle fait suite à l’organisation d’une compétition lancée par l’Auto-Moto-Club de Namur, l’année précédente, le 7 avril 1946 à Jambes sous le nom de « motocross du Casino ». Cette course est une telle réussite qu’il faut envisager son déplacement dans un site plus vaste. L’idée de tracer un circuit sur le site de la citadelle viendrait de Gino Salvi, un menuisier namurois, membre de l’AMC.

LES PREMIERS CHAMPIONS BELGES

Marcel Meunier est le premier vainqueur. Il boucle les 12 tours d’un parcours qui démarre déjà de l’esplanade de la citadelle en un peu plus de 45 minutes. Il récidive l’année suivante, le 11 avril 1948, devant une foule de 40.000 spectateurs attirés par un programme très riche. Les courses en tous genres se succède durant plus de 7 heures.

Porte de secours

Deux motocross

En 1949, deux motocross se déroulent à la citadelle. Celui dit « du printemps » a lieu le 3 avril mais la grande épreuve, le « Grand Prix de Belgique », est fixée à la date du 7 août, premier dimanche du mois. Cette course, comptant désormais pour le championnat d’Europe, attribue aussi les titres (junior et senior) de champions de Belgique. Elle voit s’affronter les pilotes de différentes nations aux premiers rangs desquelles figurent les Anglais, les Suédois, les Français, les Néerlandais et … les Australiens. Deux manches qualificatives sélectionnent les meilleurs qui disputent une finale en dix tours.

Affiche GP – 1949
Marcel Meunier © E. Luyten

La victoire revient une nouvelle fois à Marcel Meunier sur une Triumph. Son numéro « 34 » et surtout son pull-over barré d’une frise de biches gambadant deviennent célèbres. Cinq Belges occupent les cinq premières places.

A partir de 1950, la formule du « Grand-Prix de motocross de la Citadelle de Namur » est bien installée. Cette épreuve fait la fierté du monde motocycliste belge qui décide d’y organiser trois « Motocross des Nations ». La première édition belge de cette compétition internationale avait eu lieu à Spa en 1948. Le circuit motocross de la citadelle est alors ouvertement comparé au circuit de Francorchamps, réservé aux courses de « vitesse pure ».

Plan du tracé – 1952

Victor Leloup remplace, alors, Marcel Meunier dans la hiérarchie du motocross européen. Il remporte les Grands-Prix de 1950 et 1952 sur une moto produite par la Fabrique Nationale d’Herstal. Il s’impose surtout lors du « Motocross des Nations » de 1951 à la tête d’une délégation belge qui s’adjuge les quatre premières places face à des Anglais considérés comme invincibles. Sa suprématie se manifeste logiquement par la conquête du premier titre de champion d’Europe créé en 1952.

Victor Leloup
Victor Leloup © E. Luyten
Motocross des Nations 1951 - 82 Guilly, 96 Leloup et 84 Nic Jansen
Motocross des Nations – 1951 – 82 Guilly, 96 Leloup et 84 Nic Jansen © Rohain- Bruxelles

Le Grand Prix qui se déroule le 2 août 1953 expérimente une nouvelle formule. La course ne prévoit plus de manche qualificative. Elle regroupe 28 pilotes internationaux qui s’affrontent, désormais, sur 18 tours de circuit pendant 80 minutes. Lors de cette épreuve mémorable, Victor Leloup chute à deux reprises et assiste, impuissant, à la victoire d’un nouveau venu, René Baeten, sur une moto Saroléa. Ce dernier réédite son exploit l’année suivante sur un circuit détrempé par la pluie en doublant la majorité de ses concurrents. A cause des conditions météorologiques, le parcours est réduit à 14 tours.

Leloup et Baeten © E. Luyten

Domination belge

Moto de Auguste Mingels © R. Dessart

En 1953 et 1954, Auguste Mingels confirme la domination belge sur le motocross en remportant le titre de champion d’Europe. Il ne remportera, cependant, jamais le Grand-Prix de la Citadelle. Avec une salopette blanche et une corpulence plus imposante que ses adversaires, il était facilement reconnaissable. Le public l’appelait affectueusement « le gros » et adorait son pilotage plein de classe.

Montée en puissance des britanniques et des suédois

La deuxième moitié des années 50 consacre la montée en puissance des Britanniques puis surtout des Suédois. Les équipes belges ne font pas le poids lors des « Motocross des Nations » organisés à Namur en 1956 et 1959. Les Anglais Jeff Smith et Don Rickman remportent respectivement ces deux éditions. Le pilote régional, Hubert Scaillet, natif de Spontin, joue de malchance lors de ces compétitions.

Le Grand Prix de 1955 présente une nouveauté qui s’imposera progressivement. Pour impressionner le nombreux public prenant place dans les tribunes de l’esplanade de la citadelle, une rampe est aménagée à la sortie du bois avant l’entrée des concurrents à proximité du stade des jeux. Elle permet aux pilotes d’effectuer des sauts impressionnants devant des spectateurs ébahis. A ce jeu, l’Anglais John Draper se montre le plus rapide en bouclant les 18 tours en 1h28’. Son compatriote, Leslie Archer s’impose l’année suivante.

John Draper © Collection E. Luyten

Championnat du monde de motocross

En 1957, le championnat du Monde de motocross voit officiellement le jour. René Baeten convoite le titre en compagnie du Suédois Bill Nilsson. Ils s’affrontent sur le circuit de la citadelle le 4 août 1957. Ils sont d’abord dominés par le pilote régional, Hubert Scaillet, qui casse la suspension arrière de sa FN à mi-course. Dépassé ensuite par un autre Suédois, Sten Lundin, René Baeten ne peut faire mieux qu’une deuxième place. Bill Nilsson, troisième, coiffe la première couronne mondiale de motocross.

Sten Lundin © E. Luyten

Visite princière

Visite du Prince Albert avec Jules Guillaume (FMB)

Le 3 août 1958, le circuit de la citadelle accueille la visite du Prince Albert (futur roi Albert II). Celui-ci vient encourager René Baeten qui dispute, une nouvelle fois, la couronne mondiale au Suédois Nilsson. Le pilote belge remporte finalement la course, qui comporte toujours 18 tours, en 1h15’. Au prix d’un éprouvant coude à coude avec son adversaire suédois, il s’impose avec sa moto FN. Le Prince lui offre le bouquet de vainqueur devant son père, amputé d’un pied, et entouré d’une foule hystérique. L’émotion est à son comble ! Le jeune Roger De Coster a à peine quatorze ans. Il est venu de Bruxelles à vélo pour assister à cette victoire. Quinze jours plus tard, Baeten gagne encore à Ettelbrück et devient le premier Belge champion du monde de motocross.